Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

--O0O---O0O---O0O---O0O---O0O-

  • : Le blog de p'tite môman
  • Le blog de p'tite môman
  • : Tout ce qui donne envie de s'exprimer,de communiquer, de râler....
  • Contact


Pour sauver les animaux

  

Faites un petit geste pour sauver les animaux abandonnés !
 

   Cliquez sur l'image 

12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 18:27

Ce souvenir remonte très loin, dans les premières années de mon mariage !

Nous n'étions pas très riches et les vacances étaient pour nous un luxe que nous ne pouvions nous permettre. Cette année là mes beaux-parents nous proposèrent d'aller passer quelques jours de congés avec eux !

 

Ils avaient décidés d'aller faire un tour dans les Cévennes.

 

Mes beaux parents avaient, comme la plupart des personnes de leurs âges, connu la guerre et les inconforts de cette période, aussi décidèrent-ils de faire du camping (sauvage)….

De mon côté je n'en avais jamais fait, mais à vingt ans on est en général partant pour toutes sortes d'aventures.

 

Donc, nous partîmes avec les tentes et tout ce qui allait avec ! ! ! !

 

Je ne saurais vous dire très exactement où nous avons fini par "atterrir"  

Je me souviens vaguement d'un minuscule village que nous avons dépassé pour aller nous perdre en pleine montagne…

 

Nous avions laissé la voiture chez un paysan qui avait accepté de la remiser dans un coin.

 

Nous avons marché un bon moment avant que le beau-père dise "c'est sympa ici, il y a un beau point de vue, si on s'installait ?"

 

C'est ainsi que nous avons posé nos bagages et que nous avons commencé à installer les tentes.

 

L'endroit n'était pas très plat, aussi la première tente installée nous avons cherché un endroit relativement praticable pour installer la seconde, il a fallu monter un peu plus haut pour découvrir ce lieu "idyllique"

 

Nous n'étions pas très loin d'une jolie source, qui nous charmait par le son cristallin de sa cascade et la fraicheur de son eau.

 

C'est là que je découvris, que l'eau non calcaire est incapable d'enlever le savon des vêtements ainsi que du produit de vaisselle ! ! ! !

 

J'ai très vite appris à n'utiliser qu'une quantité infinitésimale de ces produits…

 

Nous avons passé les deux premiers jours comme dans un rêve, les promenades aux alentours étaient splendides, les animaux sauvages que nous croisions étaient étonnés de voir ces "bêtes" à deux pattes sur leur territoire et nous regardaient, à une certaine distance quand même, sans crainte apparente.

 

Nous n'avions emporté que le strict minimum pour 3 à 4 jours, et nous n'avions même pas de "transistor" (comme on appelait à l'époque les appareils de radio portatifs).

 

Tout changea la seconde nuit !

 

Nous étions couchés depuis quelques heures, quand je fus réveillé par un bruit que je n'avais pas encore entendu…..ploc ! ploc ! ploc…… la pluie !

 

Elle commença par tomber doucement, ce qui nous permis d'installer correctement la tente et de la rendre étanche pour passer ce moment désagréable.

 

Tout à coup un violent coup de vent fit trembler la tente, mon mari et moi nous nous  assurâmes que les piquets étaient parfaitement arrimés pour faire fasse à ce nouvel évènement climatique….

 

Mais ce que nous avions oubliés, pauvres parisiens ignorant, c'est que dans les Cévennes le vent ne se contente pas d'être du vent, mais se transforme très vite en mistral….

 

En quelques instants nous nous retrouvâmes accrochés aux piquets de la tente espérant qu'elle ne disparaisse dans la tempête.

 

Peine perdue, le vent fini par s'engouffrer par quelques ouvertures, et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, nous étions comme deux naufragés accrochés aux mats du "navire" en perdition, pendant que les deux "ailes" de la tente battaient au vent au dessus de nos têtes.

 

Cela n'a pas duré longtemps, la tente a disparue rapidement arrachée par un vent d'une violence que nous ne soupçonnions même pas possible d'exister.

 

A cet instant nous vîmes une forme se profiler à quelques mètres de nous, elle rampait au sol semblant s'accrocher aux herbes et aux arbustes qui arrivaient à résister au mistral.

Le beau père venait voir si nous étions toujours là !

 

Avec son aide nous avons récupéré les quelques objets qui n'avaient pas disparus dans la tourmente, et abandonnant nos piquets à leur triste sort, nous sommes descendu, en rampant vers la tente à laquelle ma belle-mère s'accrochait de toutes ses forces.

 

Heureusement la tente où "logeaient" mes beaux parents était vaguement protégée par une haie touffue qui coupait, difficilement, la violence du vent.

 

Ainsi nous avons terminé la nuit accrochés, tous les quatre, aux piquets de la tente, essayant de retenir une toile qui ne cherchait qu'à s'envoler au gré des coups de vent que le mistral faisait souffler le long du chemin où nous nous étions installés.

 

Aux premières heures du petit jour, nous avons entendu une sorte de grondement !

C'était le paysan (celui qui gardait la voiture), qui montait avec son tracteur pour tenter de nous retrouver !

 

Ne sachant pas exactement où nous nous étions installés, il avait cherché un bon moment avant de nous découvrir, transis, trempés, affolés, les cheveux dressés sur la tête par le vent, et à moitié dévêtus…
la tente ayant finie par disparaitre au petit matin, avec une partie de ce que nous avions sur le dos !

 

C'est ainsi que se termina ma première expérience du camping, il y en eu une seconde que je vous raconterai, peut être, une autre fois mais qui fut cette fois la dernière…..

 

Mais cette expérience ne s'est pas terminée ainsi.

 

Certes nous avons récupérés quelques objets qui s'étaient accrochés aux arbustes alentours, et nous sommes rentrés à la maison (chez mes beaux parents) pour nous remettre de nos émotions.

 

Afin de reprendre figure humaine nous nous sommes, l'un après l'autre, précipités dans la salle de bain pour prendre une douche bien chaude….

Ce que nous ne savions pas, c'est que le chauffe-eau avait un problème, et le monoxyde de carbone s'est accumulé au gré des douches et autres lessives, dans la salle de bain.

 

Dans la nuit mon mari se sentant mal s'est levé pour aller boire un peu d'eau dans la cuisine.

Au bruit du verre cassé en tombant au sol, je me suis levée….

 

Toutes les cloches des villages alentours se sont misent à sonner dans ma tête, mes yeux voulaient absolument sortir de leur orbite et je n'arrivais pas à calmer une envie de vomir qui me torturait l'estomac.

 

Je suis arrivée dans le couloir en me trainant sur les genoux et les coudes, pour découvrir ma belle mère allongée au pied de son lit, et mon beau père, au bout du couloir, qui tentait d'ouvrir la porte de l'appartement.

 

Il réussit à l'ouvrir, non sans mal, mais fini par perdre connaissance.
C'est en me trainant par-dessus lui, en vomissant sur la porte des voisins et en grattant cette même porte, que ceux-ci se réveillèrent et intervinrent efficacement.

C'est grace à la fenêtre de la chambre que j'avais entre-ouverte en me couchant, que j'ai pû tenir jusque sur le palier et faire suffisamment de bruit pour réveiller les voisins.

Depuis je me méfie des chauffe-eau, et je fais en sorte de toujours laisser une entrée d'air dans un local où il y a un de ces appareils.


p'tite môman.

Partager cet article

Repost 0
Published by p'tite môman - dans SOUVENIRS
commenter cet article

commentaires

Paniervolant 27/10/2009 23:51


Quel souvenir,des vacances mouvementées, cela reste à jamais gravé dans la mémoire.
Je fais un retour timide par manque de temps, et j'ai ouvert un nouveau blog que je vais consacrer uniquement aux recettes de cuisine.
A +


p'tite môman 28/10/2009 17:44


oui, je comprends !
moi aussi j'ai quelque peu "levé les doigts du clavier !"
un blog de recettes.... miam !
tu nous donnera le lien pour aller "chiper" tes conseils ?


Ceedjanne/caity 19/10/2009 22:19


vive le camping


p'tite môman 20/10/2009 08:04



oui ! ben désolée mais je ne suis pas d'accord !
mais bon, si certains aiment c'est leur droit...



TATA TOUNETTE 18/10/2009 16:58


Et bien, quelles aventures !
Tu me confortes dans mon idée, j'ai jamais voulu faire de camping, c'est vraiment pas mon truc !
Bisous à bientôt


p'tite môman 20/10/2009 08:03



non moi non plus, le camping c'est pas mon "truc"



mamiegigi 15/10/2009 20:50


Petite Môman ton récit fait froid dans le dos
le camping m'a toujours fait un peu peur
heureusement que jeune on ne dramatise pas de la même manière
c'est bien au moins il te reste un drole de souvenir de vacances
très bonne soirée


p'tite môman 20/10/2009 08:02



c'est vrai que jeune on dramatise moins que passé un certain age.
c'est pourquoi j'ai expliqué que mes beaux parents avaient subi, des moments autrement plus dramatiques, mais a la suite de cet épopée ils n'ont plus jamais fait de camping !



gene 15/10/2009 15:49


un bon souvenir de vacance , mais quelle aventure!!! bisous


p'tite môman 15/10/2009 19:31



çà c'est un souvenir qu'on ne peut pas oublier...