Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

--O0O---O0O---O0O---O0O---O0O-

  • : Le blog de p'tite môman
  • Le blog de p'tite môman
  • : Tout ce qui donne envie de s'exprimer,de communiquer, de râler....
  • Contact


Pour sauver les animaux

  

Faites un petit geste pour sauver les animaux abandonnés !
 

   Cliquez sur l'image 

30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 11:22

 

L'oignon " rosé " qui est la spécificité de la région de Roscoff a été apporté du Portugal au XVII ème siècle par un moine capucin qui apprit à ses voisins du couvent de Roscoff à cultiver cet oignon doux, parfumé, fondant à la 1ère cuisson.

 

En 1828, un cultivateur de Roscoff, Henri Ollivier, eut l'idée de charger une gabarre de ces oignons pour aller les vendre en Angletterre.

Ce fut le début d'un commerce qui s'est poursuivi jusqu'à nos jours.

 

 


Les oignons et les hommes ont longtemps été transportés Outre-Manche par des bateaux à voile : goélettes, dundees venant de la côte du Tregor ; Perros-Guirec, Pleubian.

 

Cette marine à voile s'éteignit au moment de la 2ème guerre mondiale ; les cargos l'avaient remplacée, impliquant concentration des marchandises exportées et recours aux services d'affréteurs et de courtiers.

 

Les hommes voyageaient dès lors par fer et ferries.

Il y eut des pertes d'hommes dans ces transports : 70 hommes périrent lors du naufrage du steamer HILDA en 1905.

 

Les Anglais émus par le jeune âge de beaucoup d'entre eux - 9, 10 ans - les appelèrent Johnny "petit Jean" et les marchands d'oignons se sont appropriés le nom en s'appelant eux-mêmes "AR JOHNNIGED" : les Johnnies.

 

Les oignons étaient tressés en bottes de 4 kg enfilées sur un bâton porté à l'épaule.

Les tresses étaient faites par des "botteleurs" dans un "magasin" servant à la fois d'entrepôt pour les oignons et de logement pour les botteleurs et vendeurs.

 

L'ensemble de ces hommes constituait une "compagnie" dirigée par un "master".
Ces compagnies pouvaient avant la guerre de 1914 comporter jusqu'à 60 hommes. Après 1920, les compagnies se réduisirent à moins de 10 hommes et jeunes de 12, puis 14 ans.

 

La bicyclette qui se développa dans les années 1930 libéra les épaules des Johnnies et popularisa leur image : béret, sourire et oignons ruisselant en chapelets sur les guidons qui portaient jusqu'à 150 kilos d'oignons.

 


Des camions ou "lorries" facilitèrent plus tard cette vente "à la chine" directement auprès des ménagères britanniques qui acceptaient de payer plus cher cet oignon breton eu égard à sa qualité gustative et à sa bonne conservation.

 

Quelques femmes ont suivi leur mari Outre-Manche.

Cependant, la majorité restait à Roscoff, tenue par les rythmes scolaires des enfants.

Les femmes des "paysans-Johnnies" assuraient, en outre, la récolte d'oignons d'août.

 

En septembre, elles faisaient sécher au soleil et au vent la graine d'oignon, puis elles effectuaient les achats d'oignons pour un deuxième ou troisième chargement.

 

En avril, c'était aussi des escouades de femmes qui "repiquaient" les oignons dans les fermes :  ar piketerezed.

 

Et, après la récolte d'août, les enfants avaient pour tâche de glaner les petits oignons pour que leurs mères en fassent des "piglens", adaptation "roscovite" des pickles, condiments au vinaigre des Anglais.

 

 



P'tite môman.

Partager cet article

Repost 0
Published by p'tite môman - dans SOCIETE !
commenter cet article

commentaires

mamiegigi 03/04/2009 20:26

Bonsoir Petite Môman ,me voici de retour avec mes amies blogueuses Pour ces délicieux oignons c'est un peu dommage , que la saison est trop courte, ou c'est peut-être le fait que nos amis Anglais en achètent beaucoup, Merci Petite Môman pour tes gentils commentaires sur mon blog

p'tite môman 04/04/2009 08:54



je suis contente de te retrouver, tu nous a manqué !



domiedu30 01/04/2009 21:49

Très intéressante cette histoire d'oignons et joliment illustrée ! merci

p'tite môman 02/04/2009 08:51



Merci domie !



Pensée 01/04/2009 12:45

Très intéressant cet article ! un moment d'Histoire ici... ces photos sont superbes pour illustrer ce texte. Alors si je comprends bien les oignons « roses » sont ce que nous appelons ici au Québec les oignons « rouges »... j'imagine. Fascinant tout ceci.Merci encore pour les belles infos que tu partagent avec nous.

p'tite môman 01/04/2009 20:42



il est probable en effet que les oignons roses de Roscoff deviennent "rouge" en traversant l'Atlantique...



Knorra 31/03/2009 13:18

Les livreurs d'oignons ont pas intérêts à trop se pencher et à aller trop vite dans les virages sinon ils seront émincés avant d'arriver

p'tite môman 31/03/2009 14:44



restera plus qu'à mettre en "boite" !



TATA TOUNETTE 30/03/2009 21:26

Merci pour cette page d'histoire "culinaire" ! je ne connaissais pas du tout. De plus, le sujet est original. Encore merciGros bisous et bonne soirée

p'tite môman 30/03/2009 22:15



merci a toi pour te coms !
grosses bises